Histoire

SMETAP - Syndicat mixte d'études et de travaux pour l'aménagement de la rivière Dordogne

La rivière d’antan

Autrefois axe vital de l’économie locale, la rivière Dordogne ne voit plus ses gabarres (argentats, coureaux et courpets sur le secteur) descendre son cours  depuis l’arrivée et le développement de la voie ferrée au début du 20ème siècle. La descente de la Dordogne s’effectuait lors des hautes eaux, appelées  « marchandes », et s’avérait périlleuse au passage des nombreux rapides ou « malpas » aux noms évocateurs : la despolha (la dépouille), le saut du diable, la Gratusse, … A leur arrivée, les gabarres étaient souvent vendues pour bois de chauffage, cependant, quelques unes effectuaient la « remonte », à l’aide de voiles puis à la « traille », halées par des bœufs ou des chevaux, parfois par des hommes pour certains passages étroits.

La Dordogne au fil des siècles

timeline_pre_loader

Occupation celte

DUR-UNNA (eau rapide)

Vème siècle

DURANIUS

Vème siècle

DORONONIA

769

DORNONIA

IXème siècle

DORDONIA

1281

DORDONHA

et enfin...

DORDOGNE

Puis...

DOURDOIGNE ou DORDOIGNE

Les cales ou peyrats permettaient autrefois le chargement et déchargement des marchandises ainsi que la réparation des gabarres endommagées. C’était également le lieu où les passeurs, à l’aide d’un bac, faisaient traverser la rivière.

à la descente

Bois (chêne pour les tonneaux, châtaignier pour les piquets de vigne)
Vins
Blé, châtaignes et autres produits agricoles
Charbon de bois
Production des forges locales
Autres produits locaux divers

à la remonte

Sel
Sucre
Poissons séchés ou salés
Café
Faïences
Étoffes